Agence ’O loves design ▪ Un week-end sous le signe de l’édition, on en mourait d’envie !

Le week-end dernier, la médiathèque Marguerite Duras accueillait
le salon de la micro-édition. Une bonne occasion pour les curieux et les amoureux
de l’édition de dénicher la perle rare.

Au pays des auteurs (dessinateurs, artistes, écrivains), il est souvent compliqué de trouver des éditeurs pour imprimer et diffuser ses ouvrages… Lorsqu’il s’agit de faire face aux grosses maisons totalisant la majeure partie du marché du livre ; comment réussir
à se faire une place, se démarquer, être édité ?

La micro-édition propose une alternative à ce système éditorial très fermé.
Techniques d’impressions manufacturées, petits tirages, mise en oeuvre de moyens dérivés pour la réalisation graphique des ouvrages fabriqués… Évoluant en marge
des circuits de distribution grand public, l’intérêt pour les productions issues
de la micro-édition connaît un essor considérable !
S’inscrire dans une pratique micro-éditée implique de diffuser soi-même ses productions, en même temps que de réinterroger l’objet imprimé en soi. Les contraintes
de l’impression Do-it-yourself offrent de nouvelles possibilités plastiques aux auteurs originaux.
De plus en plus de collectifs et associations françaises organisent des évènements (salons, rencontres, expositions…) liés à cette technique éditoriale pour faire découvrir au plus grand nombre la variété de ces publications alternatives et isolées. L’une d’elle est
selon nous à partager :

10509554_801175339924716_4717396431014771702_n

Salon de la micro-édition – Médiathèque Marguerite Duras – crédit photo Fanzine! Festival

Dans le cadre du Fanzine! Festival, un festival d’auto-édition graphique, plusieurs événements ont été proposés durant le mois d’octobre dans l’Est parisien.
Samedi 18 et dimanche 19 octobre, lors du salon de la micro-édition, les murs
de la médiathèque Marguerite Duras ont ainsi vu auteurs, éditeurs et visiteurs partager
un moment autour de publications singulières.

De passage dimanche sur ce terrain d’échanges et d’explorations graphiques
et éditoriales, Agence ’O vous présente son coup de cœur :

Makabim de Juliette Léveillé, une illustratrice issue des Arts décoratifs de Strasbourg,
est un livre édité en accordéon, présentant de façon légère et poétique “le savoir mourir en dix leçons.”

5_MAK001

Makabim – Juliette Léveillé

Dans cet ouvrage, elle traite d’un thème souvent présent dans ses travaux, le macabre
et la représentation personnifiée de la mort. Contrastant avec la couverture affichant
des couleurs vives agrémentées d’une encre dorée, l’intérieur du livre est imprimé en noir
et blanc avec une technique graphique proche de celle du tampon.
Ici Juliette fait évoluer des squelettes dans des scènes de la vie quotidienne en y associant une façon de mourir… La mort devient banale en s’illustrant dans des situations
à tendances humoristiques connues de tous. Comme pour la célèbre fête mexicaine
“Dìa de muertos”, cet ouvrage apporte une dimension dédramatisante sur un sujet souvent difficile à aborder. Au fil de cet univers sombre, les petits squelettes de Makabim réussissent à nous décrocher des sourires, et tant mieux ! Chez Agence ‘O on a choisi
la leçon numéro 4 : mourir d’envie !

5_M4

Makabim – Juliette Léveillé

Envie de découvrir la richesse et la diversité de quelques illustrateurs micro-édités ?
On vous conseille les Puces de l’illustration au Campus de la Fonderie de l’Image le 22 novembre 2014. Nous on y sera !

Mareike pour Agence ‘O

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s