Entrepreneurs : 1 an déjà

Passer du statut de salariés « opérationnels » à celui d’entrepreneurs, cela change un peu la donne… et c’est assez flippant au début. Au fil de mes recherches de l’année passée – du style : business plan, comment démarcher… -, j’étais tombée sur le blog de Guilhem Bertholet. Depuis, je suis régulièrement son actu et ses idées sur entrepreneuriat, et me permet ici de reprendre quelques points d’un post qu’il a récemment publié.

1. Avoir le « Mojo » : Il est important de garder le cap vers un horizon plus lointain, et d’avoir un état d’esprit qui va marquer durablement la personnalité du projet.

2. Les chiffres sont vos amis : Oulalah, pour moi qui suis graphiste de formation, j’ai découvert au lancement de l’agence l’horreur des tableaux excel, des plans de trésorerie et autres choix numéraires… Mais un an plus tard, je sais que les chiffres sont partie intégrante de mon quotidien, et qu’ils permettent de construire l’avenir, de développer l’agence, de rassurer les clients et prospects…

3. Réaliser un marathon : On ne parle pas de semi-marathon, mais plutôt d’un marathon quotidien pour satisfaire les demandes clients, prospecter, effectuer un travail de qualité… tout en gardant le sourire, même au pire de l’effort !

4. Souriez ! : Quelque soit la situation, l’état de fatigue… il faut toujours être optimiste et gardez le sourire. Bon et quand un client vous dit que vous avez l’air au bout du rouleau (ce qui m’est déjà arrivé), que faire ? Et bien continuez à sourire et dire que non pas de soucis vous tiendrez les délais.

5. Agir d’abord et penser ensuite : A deux associés on arrive à trouver le juste milieu, entre celui qui a besoin de réfléchir avant d’envoyer un mail important, et celle qui dit oui sans réfléchir… Au bout d’un an, chacun a fait un bout de chemin dans le sens de l’autre, et l’équilibre est là.

 6. Une histoire de personnes : S’associer, c’est un peu comme se marier, surtout quand on est à 50-50. Chacun doit pouvoir exposer son point de vue, et toutes les décisions sont prises en commun. Rien de tel qu’un rituel d’apéro au bar du coin pour prendre les décisions importantes. Sans oublier qu’il faut s’entourer d’un bon réseau de freelance, partenaires…

7. Apprendre à perdre : On apprend à être des entrepreneurs sur le tas (et bientôt à gérer des employés), donc on fait des erreurs, mais qui nous font avancer… donc rien de dramatique.

8. Il n’y a pas de petites victoires : Etre entrepreneur, c’est goûter à la liberté, s’investir dans quelque chose qui a du sens. En contrepartie, c’est affronter l’inconnu, les doutes… Alors pour ne pas perdre pied, chaque projet remporté (quel qu’en soit le budget), chaque client fidélisé, c’est une victoire !

 

Retrouvez tous les posts sur l’entrepreunariat de Guilhem Bertholet : http://www.guilhembertholet.com

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s